Publié le 9 Juin 2021

Retrouvez-nous jeudi 10 juin à 18h sur :  Fiers d'être Artisans

#CMA #Fiersdetreartisans #fep #ffb #cpme #umih #cnpa

Rejoignez nos listes dans tous les départements, Soyez Fiers d'être Artisans

Voir les commentaires

Rédigé par Ace Pro Nettoyage

Repost0

Publié le 15 Avril 2021

Rédigé par Ace Pro Nettoyage

Repost0

Publié le 22 Mai 2020

Repost0

Publié le 22 Mai 2020

Repost0

Publié le 8 Mai 2020

Rédigé par Ace Pro Nettoyage

Publié dans #ACE PRO NETTOYAGE, #NETTOYAGE, #PROPRETE, #DESINFECTION

Repost0

Publié le 4 Mai 2020

Voila un document qui va vous aider à éventuellement demander un minimum de facturation à vos clients pendant cette période de crise

https://lnkd.in/d9VTRx5 

Facturation des entreprises de propreté pendant la période de COVID 19

Voir les commentaires

Rédigé par Ace Pro Nettoyage

Publié dans #ACE PRO NETTOYAGE, #ENTREPRISE DE PROPRETE, #NETTOYAGE, #PROPRETE, #FACTURATION

Repost0

Publié le 22 Avril 2020

Coronavirus : préserver la relation entre donneurs d’ordres et prestataires

DOHEN, Julie | 22 avril 2020 |

 

Depuis maintenant plusieurs semaines, la majorité des immeubles de bureaux sont à l’arrêt. La période, inédite, entraine des situations délicates pour les prestataires de service. Comment gérer une plus faible activité sans pour autant mettre en danger les fournisseurs ? Regards croisés entre donneurs d’ordres et prestataires.

 


Prestations de propreté, d’accueil, de restauration, de conciergerie… Si elles tournent habituellement à plein régime dans les immeubles de bureau, force est de constater que leur activité a été subitement réduite, voire même complètement arrêtée avec l’annonce du confinement le 16 mars dernier. Des situations qui peuvent entrainer des difficultés économiques, notamment pour les TPE et PME. Loin d’être un cas isolé, le secteur de la propreté enregistre par exemple une baisse de son chiffre d’affaires depuis le début du confinement. « L’activité des entreprises de propreté est arrêtée à hauteur de 60 %, nous constatons donc 60 % de perte du CA. Nos activités aujourd’hui sont essentiellement concentrées et réservées au domaine sanitaire et aux activités essentielles (hôpitaux, Ehpad, cliniques privées, grande distribution, transports…) », commente Philippe Jouanny, président de la Fédération des entreprises de propreté (Fep). Dans un communiqué envoyé à ses adhérents, l’Arseg s’est associée à l’Adra, la Fep, la Fedene, la Rics et le Sypemi pour rappeler qu’en « cette période de perturbation majeure de l’activité économique en France, il convient de prendre en compte les difficultés – notamment d’approvisionnement, de déplacement, et de protection des salariés – auxquelles les prestataires doivent faire face. Ainsi, l’application de pénalités contractuelles, de demandes de réparation ou de résiliations brutales devront s’appuyer sur des manquements incontestables, graves et qui ne sauraient être excusés par les circonstances exceptionnelles qui s’imposent à tous aujourd’hui ». Une prise de position nécessaire selon Latifa Hakkou, directrice de l'environnement de travail chez Ipsen et secrétaire générale adjointe de l’Arseg. « Certains ont tout de suite suspendu leurs contrats et le paiement. Pour ma part, je continue à payer mes prestataires. Tout cela appelle selon moi à beaucoup de responsabilités et surtout, une position éthique vis-à-vis de nos prestataires. À plus forte raison, vis-à-vis des PME, plus vulnérables et plus fragiles face à ce contexte », affirme-t-elle. Même constat chez un grand groupe français, où la direction de l’environnement de travail travaille main dans la main avec les services achats et juridique pour apporter la meilleure réponse possible aux prestataires et essaie de « faire le nécessaire juridiquement pour les mettre en sécurité, physique comme financière, car c’est aussi notre rôle. Nous ne pouvons pas nous permettre de les mettre en difficulté ».

 

Un juste niveau de facturation

Pour rappel de jurisprudence constante, dans la majorité des cas, la force majeure ne permet pas de se dégager d’une obligation de paiement. De ce fait, les entreprises ne peuvent pas se prévaloir d’une situation de force majeure pour se dégager de leurs obligations de paiement envers leurs prestataires, sans une analyse fine de chaque contrat. (cf décret N°2020 - 259 du 15 Mars 2020). « Le cas échéant, il pourra être souhaitable de se concerter avec le cocontractant sur les adaptations du contrat qui seraient éventuellement utiles ou nécessaires », recommande l’Arseg. Un appel au dialogue et à l’écoute partagé par la Fep qui rappelle que, si 88 % des entreprises de propreté ont fait appel au chômage partiel, elles restent soumises à des frais fixes. « Nous facturerons nos clients à la hauteur des travaux qui ont été effectués. Et bien sûr, il y aura une discussion à mener pour une facturation à hauteur de ces frais de « reste à charge » de l’entreprise qui, eux, différents selon chaque entreprise, sont incompressibles. Sans oublier des frais opérationnels qui sont un peu plus importants que d’habitude, notamment en termes de matériel et de produits, là aussi, divers d’une entreprise à l’autre. Je pense bien entendu aux gels hydroalcooliques, gants et masques de protection, commente Philippe Jouanny. Il appartiendra aux parties de négocier à la fin de ce confinement le juste niveau de facturation à déterminer pour chaque contrat. » De leurs côtés, certains DET se mobilisent afin d’offrir des garanties. « Nous avons certains partenaires qui sont en difficultés. Nous restons très proches d’eux et essayons de les aider, en payant par exemple nos factures plus rapidement. Nous n’imposons rien, nous discutons avec eux afin de déterminer les bons niveaux de facturation sur cette période d’arrêt quasi-total pour certains », témoigne Emmanuel Deparis, directeur de l’environnement de travail chez Axa France.

 

 

Lire aussi : Délais de paiement : un comité de crise pour répondre aux cas les plus difficiles

 

 

Comment agir ?

Face à cette situation, l’Arseg, appelle en effet les donneurs d’ordres à préserver l’écosystème en considérant la situation de chaque prestataire afin de maintenir les contrats et relations commerciales, et en payant les factures des fournisseurs qui se retrouvent sans activité du fait des décisions prises pendant la durée de la fermeture des établissements, en coordination avec la direction financière et la direction des achats. L’association préconise également d’échanger avec les sous-traitants pour trouver une issue qui préserve les intérêts de chacun et exercer ses droits de manière loyale et enfin, de respecter les entreprises prestataires en évitant de leur faire pression si elles n’ont aucune obligation légale de mettre leurs propres salariés en situation de risque sous couvert de votre contrat.

 
 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 22 Avril 2020

Les salaires 2020 applicables au 1er mai

WILSON, Séverine | 22 avril 2020 |

 

L’arrêté d’extension ayant été publié au Journal officiel, l’accord concernant les salaires de 2020 dans la branche propreté est applicable à partir du 1er mai, avec une revalorisation minimale de 1,4 %.

 

La Direction juridique, sociale et relations institutionnelles (DJSRI) de la FEP informe les entreprises de propreté de l’entrée en vigueur au 1er mai de la grille de salaires pour 2020. L’arrêté d’extension en date du 31 mars 2020 de l’avenant n° 18 du 30 septembre 2019 a en effet été publié au Journal officiel du 7 avril.

La grille des salaires « 2 » issue de l’avenant précité (+ 1,4 % avec l’AS1 A à 10,44 € au lieu de 10,30 € actuellement) est donc applicable à compter du 1er mai 2020 (sauf application antérieure par choix de l’entreprise). Il est rappelé que ces salaires sont des minima conventionnels auxquels aucune rémunération ne peut être inférieure. L’accord salaires est disponible sur l’espace adhérent du portail Monde de la Propreté (relire l’article du 8 novembre 2019).

En savoir plus : www.monde-proprete.com FEP Express n° 321, 344 et 345.

Voir les commentaires

Rédigé par Ace Pro Nettoyage

Publié dans #ACE PRO NETTOYAGE, #AGENT DE SERVICE, #ENTREPRISE DE PROPRETE, #NETTOYAGE

Repost0

Publié le 22 Avril 2020

Covid-19 : bonnes pratiques pour poursuivre son activité

WILSON, Séverine | 23 avril 2020 |

 

Le Monde de la Propreté a élaboré un guide de bonnes pratiques pour aider les entreprises du secteur à poursuivre leur activité dans le contexte de l’épidémie de Covid-19.

 

Pour accompagner les entreprises de propreté durant la crise sanitaire, la FEP a élaboré avec le CTIP un guide de bonnes pratiques pour les aider à poursuivre leur activité. Il reprend des recommandations essentielles qui viennent s'ajouter à la boîte à outils (mode d’emploi sur les champs sociaux, économiques et techniques) disponible en ligne pour ses adhérents (www.monde-proprete.com).

L'objectif du guide est de donner aux entreprises des préconisations permettant d’assurer la poursuite de leur activité dans des conditions garantissant la santé et la sécurité des salariés. Les organisations syndicales de salariés représentatives de la branche ont été consultées et des discussions se sont tenues avec le ministère du Travail, notamment sur une fiche technique métier propreté. Ce guide complète les recommandations émises par le gouvernement afin de tenir compte des spécificités de la profession. Il appartient à chaque employeur de déterminer les consignes précises à appliquer.

 
 

Trois grandes parties constituent le guide

 

• 1re partie : encadrer les déplacements des salariés dans le cadre professionnel au regard de la réglementation en vigueur ;

• 2e partie : accompagner les entreprises dans l’évaluation du risque Covid-19 et la mise en place de mesures de prévention adaptées telles que :

- rappel des recommandations émises par le gouvernement ;

- modalités de transmission du virus ;

- mise à jour du DUERP et des plans de prévention ;

- rappel des mesures de prévention générales applicables à toute situation : gestes barrières, règles de distanciation, EPI, communication, comportement à adopter face à un cas de contamination ou suspect, association des IRP et du SST ;

- définition d’un protocole à suivre en fonction de 3 typologies de sites identifiés de mise en propreté : sites maintenus en activité / hors présence humaine, sites maintenus en activité / avec présence humaine (parties communes d’immeubles, hôtellerie, commerces d’alimentation, etc.), sites en milieu de la santé (établissements de santé, hôpitaux, Ehpad). Pour ces trois typologies de sites, il est identifié les EPI et le mode opératoire de nettoyage à mettre en place et adaptés au degré d’exposition au virus (faible ou forte probabilité). Un protocole de retrait des EPI a également été défini.

• 3e partie : détailler un plan de continuité d’activité permettant de mettre en place des actions au bon moment au regard de deux priorités : protéger les salariés et maintenir ou reprendre l’activité (y compris en mode dégradé). Un guide spécifique sur l’élaboration d’un PCA, mis à jour au regard de la crise sanitaire actuelle, est à disposition des entreprises adhérentes.

Voir les commentaires

Rédigé par Ace Pro Nettoyage

Publié dans #ACE PRO NETTOYAGE, #AGENT DE SERVICE, #ENTREPRISE DE PROPRETE, #DESINFECTION

Repost0

Publié le 22 Avril 2020

 
 
 
 
 
Assurance perte d’exploitation :
la CPME salue les compagnies qui ouvrent la voie 
 
 
 
La CPME plaide depuis plusieurs semaines pour une prise en charge par les assureurs des pertes d’exploitation des TPE-PME assurées pour ce risque.
 
 
 
Elle se réjouit d’avoir été partiellement entendue.
 
Plusieurs compagnies soucieuses de la nécessité d’accompagner et de soutenir leurs clients professionnels dans une période plus que difficile, se sont en effet engagées dans cette voie.

Ainsi, le Crédit Mutuel et CIC Assurances verseront à leurs clients ayant souscrit une assurance multirisque professionnelle avec perte d’exploitation, « une somme correspondant à une estimation forfaitaire de perte de revenus de chaque secteur économique pendant cette période ».
 
La Confédération des PME salue ces engagements exemplaires et appelle les autres compagnies à mettre en place rapidement des dispositifs similaires.
 
Il est en effet important et utile que les assureurs, au-delà des arguments strictement juridiques, certes parfaitement recevables, fassent preuve de solidarité vis-à-vis des plus petites entreprises.
 
C’est aujourd’hui chose faite pour un certain nombre d’entre eux. Nul doute que les autres ne tarderont pas à suivre. 
 
 
 Communiqué du 22 avril 2020
 
 
CPME 94
Tél. 01 43 99 55 49
Facebook
Twitter
 
 
Cet e-mail a été envoyé à pbelloq@servicesace-menage.fr
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes adhérent(e) à la CPME Val-de-Marne
 
 
© 2020 CPME Val-de-Marne
 

Voir les commentaires

Rédigé par Ace Pro Nettoyage

Repost0